Photos anciennes d'Autretot

Le Pays de Caux vient du nom de ses habitants les « Calètes ». Ce nom d’AUTRETOT signifie le domaine d’ AUTHARI (un Dieu chez les vikings). En langage viking, le domaine se disait « Tupt » ou « topt », et l ‘AUTHARITOP devint par déformation AUTRETOT au XIIIe siècle. Dès 1180, la paroisse d’AUTRETOT a été donnée au prieuré de la Madeleine de ROUEN par le seigneur du lieu, Robert DURESCU, dit Robert D’AUTRETOT. Le territoire d’AUTRETOT se divise en plusieurs fiefs et seigneuries possédées beaucoup plus tard par les familles TALON et LEGUERCHOIS. Au XVIe siècle, AUTRETOT est un centre de tissage et un foyer du protestantisme normand. Après la signature de l’édit de Nantes en 1598 la communauté protestante du village établit un prêche dans l’ancienne église, prêche supprimé et remplacé au moment de la révocation du même Edit en 1685.
A la fin des persécutions religieuses, un temple protestant est construit en 1786 dépendant du consistoire de BOLBEC.
A la même date, le traité VERGENNES autorisant les Anglais à inonder le marché français de textiles moins chers et de bonne qualité eut des conséquences désastreuses sur la vie des tisserands de nos campagnes.
Ceux-ci disparurent progressivement au cours du XIXe siècle avec l’apparition des usines de filature et de tissage dans les vallées du Cailly et de l’Austreberthe.
La population passa successivement de : 1075 habitants en 1810, à 480 en 1901, à 317 en 1914 et à 304 en 1936, suite au départ des derniers métiers à tisser à domicile. Aujourd’hui, le village compte 704 habitants.